Visite Professionnelle au Centre International de Recherche sur l’Impact et Rochechouart (CIRIR)

Il y’a 200 Ma à la limite Trias-Jurassique, s’écrasa sur ce qui est aujourd’hui le territoire de Rochechouart-Chassenon, une météorite. Ce qui fut un immense cratère est devenu par la faveur de l’érosion un astroblème dont les témoins subsistent en surface sur une région d’une vingtaine de km de diamètre.

En 2016, le Pr Philippe Lambert et ses collaborateurs créent le CIRIR (Centre International de Recherche sur l’Impact et Rochechouart) pour étudier d’avantage la structure de Rochechouart, unique site d’impact en France, et exploiter pleinement son potentiel scientifique et géo-touristique.

Au début du mois de septembre, le CIRIR en collaboration avec la Réserve Naturelle Nationale de l’Astroblème de Rochechouart-Chassenon lance une première activité sur le site d’impact, il s’agit d’une campagne de forage https://cirir-edu.org/. Le CIRIR offre ainsi une excellente opportunité à toute la communauté scientifique particulièrement celle du monde de l’impact, d’étudier la structure de Rochechouart en travaillant sur les données de forage.

Pour ma part, j’ai l’opportunité de participer à la campagne de forage. Mon travail consistera  à effectuer des logging, décrire les carottes, reconnaître les roches liées à l’impact, etc…J’aurais également l’occasion de commencer une étude préliminaire à mon projet de recherche sur la mobilité de K, Th, U dans les structures d’impact. Pour cela, je serais amené à effectuer les premières mesures systématiques des lithologies rencontrées à Rochechouart à l’aide d’un spectroradiomètre portatif BGO-RS 230 du Laboratoire Géosciences Environnement Toulouse (http://www.get.obs-mip.fr). Ce travail est rendu possible grâce au soutien de la fondation de la famille Barringer (http://www.lpi.usra.edu/science/kring/Awards/Barringer_Fund/awardees/) et du Programme National de Planétologie en France (http://pnp-insu.fr).

Ces mesures permettront d’effectuer une première carte radiométrique du site d’impact (carte d’abondance des concentrations en K, Th, U dans les différentes lithologies), des profils horizontaux (affleurement de roches) et verticaux (carottes) et permettra à terme de quantifier la distribution des éléments K-h-U sur la structure de Rochechouart, comme par exemple la  fameuse syénite hyper potassique unique dans la région.

8 commentaires sur “Visite Professionnelle au Centre International de Recherche sur l’Impact et Rochechouart (CIRIR)

  1. Bonjour Bamba, Je découvre votre blog avec intérêt. Je suis Marie, la responsable du site de Cassinomagus (les vestiges des thermes gallo-romains) que vous aviez visité avec Philippe Lambert à Chassenon. Nous sommes en train de travailler un dossier de presse pour parler du site, et nous parlons donc aussi du Cirir et de la recherche internationale… Pourriez vous me donner votre accord pour utiliser certains de vos texte et photos de votre blog?
    Merci par avance.
    Marie Dreyer

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Marie! Merci pour l’intérêt que vous portez à mon blog, oui vous avez mon accord concernant mob blog et vous pouvez aussi écrir à Phillipe pour le site du CIRIR qui y’a plus d’informations et d’illustrations. Biens des choses à vous!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s